Les plantes à parfum, aromatiques et médicinales en PACA

Avez-vous déjà essayé de consommer des « Herbes de Provence » issues réellement de Provence ? Actuellement, c’est une gageure ! Sur 500 tonnes de mélange aromatique « Herbes de Provence » commercialisés en France, 10 tonnes seulement sont d’origine française ! Pire, les produits proposés sur le marché sont généralement de faible qualité (peu d’arômes, présence de poussière et de tiges,…) ce qui ne plaide évidemment pas pour l’image de la Provence. Face à cette aberration, les producteurs provençaux ont réagi et se sont organisés. Ils ont su exploiter un savoir-faire leur permettant d’introduire sur le marché des herbes aromatiques de qualité supérieure. Dans un contexte commercial hautement concurrentiel, il était temps de réagir.

Encore faut-il que les consommateurs en soient conscients et deviennent des acteurs engagés.

Petit tour d’horizon de la production de plantes à parfum, aromatiques et médicinales en PACA.

Le Sud Est, région de production des plantes

La filière des Plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PPAM) est constituée de la façon suivante :

- Les plantes à parfum, regroupant essentiellement le lavandin, la lavande et la sauge sclarée sont produites presque exclusivement en Haute-Provence, Vaucluse et Drôme. Le tiers de la production de lavandin provient du plateau de Valensole (04). Bien sûr, il faut aussi noter la production de Rose de mai, de Jasmin, la feuille de Violette et la fleur d’Oranger dans la région de Grasse (06).

- Les plantes aromatiques et les plantes médicinales, dont les principales sont le persil, l’estragon, le thym, la menthe, l’origan, le basilic, la coriandre, le romarin, la sarriette… Elles sont produites partout en France, mais La Provence y contribue tout de même à hauteur de 10%.

Les PPAM sont très largement utilisées dans de nombreux secteurs de la vie courante : nettoyage, parfumerie, cosmétique, cuisine, compléments alimentaires, homéopathie, phytothérapie,… La filière est en plein croissance, il y a donc une réelle opportunité pour la Provence dans cette activité particulièrement lucrative.

Le schéma suivant, publié par l’Institut Technique Interprofessionnel des plantes à parfum, médicinales et aromatiques visualise le cheminement des plantes depuis les champs jusque dans les magasins et pharmacies. 

On y voit les diverses utilisations et les marchés correspondants, les étapes de transformation et les intervenants. Voir tous les détails de ce schéma sur le site de l'iteipmai.

On est ici dans une logique industrielle. Echappe évidemment à ce schéma la vente directe du producteur au consommateur…

La production provençale est fortement concurrencée dans tous les secteurs. Pour répondre à cette concurrence internationale, les producteurs provençaux ont choisi de développer le segment des produits de qualité pour se démarquer. Voici quelques exemples.

AOC Huile essentielle de lavande de Haute-Provence

Cette Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) de 1981 a été établie pour lutter contre la concurrence des essences bulgares. Elle permet d'identifier une production de très haute qualité concernant uniquement l'huile essentielle de lavande fine naturelle (donc lavande non sélectionnée ou ‘clonale’). Le cahier des charges de l’appellation implique le respect rigoureux d’un ensemble de contraintes techniques destinées à l’obtention d’une qualité élevée (très peu d’eau, longue distillation,…), avec à la clé des contrôles analytiques et olfactifs. L'aire géographique de l’AOC concerne 284 communes des Alpes-de-Haute-Provence, des Hautes-Alpes, de la Drôme et du Vaucluse, situées en principe à plus de 800 m d’altitude (à quelques dérogations près). Les qualités thérapeutiques de l’huile essentielle de lavande sont multiples :

- antistress, sédative, calmante, digestive

- expectorante pour traiter les problèmes respiratoires et les refroidissements

- antiseptique au niveau de la peau (contre les brûlures).

C'est l'une des huiles essentielles les plus utilisées en aromathérapie et son développement dans ce domaine affiche une croissance annuelle de l'ordre de 15% en volume. Pour en savoir (beaucoup) plus, consulter le site officiel des producteurs d’AOC .

Label Rouge « Herbes de Provence »

Le Label Rouge atteste que le produit possède un ensemble de caractéristiques spécifiques établissant un niveau de qualité supérieure à un produit courant similaire. Les produits Label Rouge sont donc des produits haut de gamme. A toutes les étapes de la production, et de l'élaboration, le produit doit répondre à des contrôles et exigences, mais le Label Rouge implique aussi des critères organoleptiques très précis (couleur, goût, odeur).

Concernant les Herbes de Provence, les principaux critères sont le taux d'huiles essentielles, ces composés aromatiques qui donnent aux herbes leur parfum, la couleur des plantes et la granulométrie, c'est-à-dire la taille des morceaux d'herbes dans le pot. Par rapport au bio, le Label Rouge accepte certains traitements comme en agriculture raisonnée.

Pourquoi un Label Rouge pour les Herbes de Provence ?

L’appellation « Herbes de Provence » n’est pas protégée et s'inscrit dans le marché beaucoup plus large des mélanges divers, vendus sous d'autres dénominations (« mélange grillade » par exemple). D'un point de vue qualitatif, le mélange " Herbes de Provence" courant n'est pas défini quant à sa composition. Les recettes très variables sont souvent dictées par la conjoncture, les disponibilités et le prix des matières premières, bien plus que par des critères de goût. La qualité des mélanges est bien souvent encore inférieure à celle des plantes aromatiques vendues individuellement. En effet, le mélange « Herbes de Provence » n’est fréquemment qu’un moyen d’écouler les lots de qualités inférieures ou présentant des défauts de coupe, de propreté, voire même un moyen d’utiliser des écarts de triage. De plus, sur les 500 T de mélange aromatique « Herbes de Provence » commercialisées sur le marché français, seulement 10 T sont d'origine purement française. Par contre, elles se démarquent très nettement sur le plan qualitatif.

L'objectif était donc de faire renaître un produit de grande qualité qui segmente le marché pour rivaliser avec la concurrence. Un label IGP (Indication Géographique Protégée) serait également nécessaire mais la part de marché des producteurs provençaux est insuffisante (20 tonnes sur un marché de 800 tonnes annuel). Autrement dit, des Herbes de Provence Label Rouge peuvent être produites partout dans le monde. .

Concernant les herbes provençales, la collecte est assurée par quatre groupements : la Coopérative des Plantes Aromatiques, Médicinales et Industrielles du Var (COPAMIVAR) à Trets (83), le Groupement d'Etudes et de Production des Plantes Aromatiques et Médicinales (GEPPAM) à Solérieux (26), France Lavande à Montguers (26) et Aromates des Gorges du Verdon à Bauduen (83). Trois acteurs s’occupent de la commercialisation : Provence Tradition à Avignon (84), Jean Claude Vigin Distribution à Bauduen (83) et Ducros (si si !) à Avignon (84).

Les Méridiennes (JC Vigin Distribution)

Voir aussi le site de Association Interprofessionnelle des Herbes de Provence (AIHP) et le dossier de presse.

En 2010, 7 ans après la création du Label, force est de constater que très peu de magasins distribuent ce produit, de sorte qu’il est bien difficile d’en consommer. Les sites internet ci-dessus vous permettront de trouver les magasins en PACA qui les distribuent.

IGP Thym de Provence

Le thym se porte bien car de nombreux acheteurs de thym se tournent aujourd’hui vers la qualité française. Le thym de Provence est très recherché, à tel point qu’il en manque sur le marché. Il s’agit d’un marché porteur pour la Provence, surtout pour l’herboristerie et les huiles essentielles. Et particulièrement la culture en biologie qui peut rapporter gros (2300 €/ha de marge après 4 ans).

Une IGP devrait accroître encore l’attractivité de la production provençale. C’est pourquoi, en 2009, l’AIHP (Association Interprofessionnelle des Herbes de Provence ) s’est déclarée porteuse du projet IGP Thym de Provence. Le travail se met en place et devrait avancer au cours de 2009 avec l’appui de l’INAO (Institut national de l’origine et de la qualité).

Les PPAM bio

Croissance importante depuis 2002

Le futur de la filière passera nécessairement par le bio pour augmenter la qualité et lutter ainsi contre la concurrence étrangère. Le bio y est déjà très dynamique par rapport aux autres filières : les PPAM bio occupaient 3900 ha en France en 2008, soit 10% des surfaces et même 27% si on excepte les cultures industrielles de lavandin et de pavot.

Les exploitations du Sud Est (Drôme, Vaucluse, Haute-Provence) totalisent 67 % des surfaces implantées en PPAM bio et en conversion de toute la France. Le dynamisme de ces régions se concrétise par un fort taux de conversion vers le bio.

Le contexte « filière » local est aussi particulièrement porteur puisque on retrouve en PACA et Rhône-Alpes un tissu d'entreprises utilisatrices des PPAM biologiques et des équipes de conseillers, de techniciens qui peuvent venir en appui des groupes de producteurs. 

Le lavandin et la lavande totalisent ensemble plus de la moitié des surface s cultivées en Bio, mais les sauges, le thym et le romarin sont bien représentés. Au total, plus de 100 plantes différentes sont collectées.

Tous les secteurs qui utilisent la PPAM bio sont en croissance. Par exemple, la cosmétique biologique connaît en France un développement particulièrement important. L’association française Cosmébio qui compte 200 adhérents pour 4000 produits certifiés, assure la promotion des cosmétiques biologiques et écologiques. La croissance du chiffre d’affaires des cosmétiques biologiques atteint actuellement plus de 40 % par an. Cette croissance influe évidemment sur les approvisionnements en plantes, huiles essentielles, hydrolats et extraits. Il s’agit d’une excellente opportunité pour nos régions de production.

Cahiers des charges

Comme pour les autres filières, en plus du cahier des charges du label AB en France, on dispose des cahiers des charges Nature & Progrès et Déméter, plus sévères et plus rigoureux. Le Syndicat S.I.M.P.L.E.S. , créé en 1982, publie le sien plus spécifiquement pour les zones montagneuses. Ce syndicat regroupe 80 producteurs-cueilleurs de plantes médicinales aromatiques, alimentaires, cosmétiques et tinctoriales, installés en zone de montagne ou dans des zones préservées, dont 11 en Paca et trois en Drôme.

Provence Tradition vend des herbes aromatiques bio en provenance de Provence. Voir ici la gamme bio.

salut ,je suis un jeune

salut ,je suis un jeune marocain ,j habit actuellement en espagne ,je suis un ramasseur des plantes medicinal et aromatiques ,je cherche un acheteur ,merci

Thank you for the work you

Thank you for the work you have done into this article, this helps clear away some questions I had.

Portrait de cigalin

You are welcome !

You are welcome !

je cherche des fleur de

je cherche des fleur de lavandin et combien le kg merci de votre reponse

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage