Gaz de schiste : rien n'est fait, le gouvernement contre-attaque !

On s'y attendait ! Alors que tous les groupes parlementaires, toutes tendances confondues, s'apprêtent (le 10 mai) à discuter et à voter un projet de loi  visant à abroger le plus rapidement possible tous les permis d'exploitation octroyés sans transparence, les deux ministres Kosciusko-Morizet et Besson préparaient la contre-attaque dans la douceur. Le pré-rapport publié ce jeudi 20 avril 2011, commandé par les deux ministères dit notamment " qu'il serait dommageable, pour l'économie nationale et pour l'emploi, que notre pays aille jusqu'à s'interdire (...) de disposer d'une évaluation approfondie de la richesse potentielle". Du coup, le gouvernement ne s'interdit pas d'envisager l'exploitation de cette richesse potentielle du sous-sol français "d'ici deux, trois ans", a précisé le ministre Besson ce vendredi 22.

Gaz de schiste en Pologne, phot Reuter

Le coup était effectivement préparé

Le pré-rapport est en effet rédigé, entre autres, par deux scientifiques du corps des Mines, ceux-là mêmes qui ont accordé les permis d'exploitation aujourd'hui sur la sellette.

Le pré-rapport y va fort : Pour contrer toute opposition des élus, le pré-rapport préconise "une révision de la fiscalité pétrolière de sorte que les collectivités locales trouvent un intérêt à une exploitation d'hydrocarbures sur leur territoire" !  Dingue, il suffisait d'y penser !

Et pour encore mieux convaincre : "...la comparaison avec les formations géologiques analogues exploitées en Amérique du Nord laisse à penser [qu'il] est parmi les plus prometteurs au niveau européen en huile dans le bassin parisien (100 millions de mètres cubes techniquement exploitables) et en gaz dans le sud du pays (500 milliards de mètres cubes)..."

L'opposition dénonce déjà "la duplicité" de l'exécutif sur ce dossier. "Il y a tout lieu d'être inquiets et de craindre que le gouvernement ne se ménage une porte de sortie pour, au final, autoriser l'exploration et l'exploitation des gaz de schiste pour le seul bénéfice des multinationales.", précise José Bové. Et de réclamer une révision du Code minier de 1956, notamment pour "le mettre en conformité avec le principe de précaution" et l'adapter aux nouvelles réglementations environnementales adoptées au niveau européen.

Conclusion

Plus que jamais, il ne faut pas relâcher la pression. Il faut remobiliser tous les collectifs locaux et organiser de grandes manifestations nationales.

Le droit de penser autrement,

Le droit de penser autrement, d'être réactif et de s'opposer est respectable. Mais face aux erreurs et contre vérités diffusées par les médias, il est raisonnable de penser qu'il est indispensable que chacun soit sensibilisé sur ce sujet avant d'entamer le débat. Le documentaire Gazland de Josh Fox a été une source d'inspiration pour les écologistes et la presse pour créer un sentiment de peur et de rejet de cette industrie pétrolière, un documentaire largement démystifié depuis par des scientifiques. Ne cédons pas au sensationnalisme, ne diabolisons pas, recherchons la vérité, l'objectivité et la transparence. Cette industrie date de plus d'un siècle, plusieurs dizaines de millions de puits ont été forés dans le monde et plus de 6000 en France. Elle nous apporte sous forme de pétrole et de gaz une énergie miracle qui a révolutionné nos modes de vie et nous a apporté un confort matériel inégalé. Les personnes qui s'érigent aujourd'hui contre cette énergie se préoccupent-elles d'où vient et de quelle façon et exploré,exploité, transporté le gaz et le pétrole que nous utilisons tous les jours pour notre chauffage, nos déplacements et notre industrie.

Portrait de cigalin

Merci pour votre message que

Merci pour votre message que nous respectons. La toute première chose qui est réclamée par les collectifs qui s'opposent à ces explorations du sous-sol est le droit d'avoir une discussion publique préalable sur la politique énergétique de l'Europe et de la France. Or ce droit a été totalement bafoué puisque l'ensemble des permis a été octroyé sans aucune concertation. Devant de tels comportements, il est difficile de faire encore confiance aux autorités publiques et aux industriels qui les manipulent.
De plus, le Grenelle de l'environnement a clairement fixé des objectifs pour diminuer les gaz à effets de serre et pour développer les filières des énergies renouvelables, de façon à ce que dans quelques décennies nous profitions d'un bouquet d'énergies diverses. Force est de constater que la France est très en retard par rapport à ces objectifs. Le développement des filières solaire et biomasse est soit freiné soit fort peu encouragé et la France va passer à côté de l'opportunité de développer de nouvelles filières et industries sources d'emploi. Pire, les industriels 'historiques' et le gouvernement se jettent tête baissée vers cette nouvelle manne du gaz et de l'huile de schiste, faisant fi de tout de qui précède. Autant se dire que si personne ne s'oppose à ces projets, ce sera un coup de frein définitif à toute vélléitié de développement de nouvelles sources d'énergie.
L'humanité a assez fait de torts irréversibles à la planête et à notre environnement. Il est temps d'opter pour de nouveaux modes de pensée :
- créer des programmes volontaristes de réduction de la consommation d'énergie; c'est bien la première chose à faire, mais voyez-vous une politique sérieuse en la matière ?
- développer de nouvelles filières industrielles sur des énergies renouvellables (le bois, la biomasse, le solaire, l'éolien...). Actuellement, tous les panneaux solaires et toutes les chaudières de qualité viennent d'Allemagne ou d'Autriche? Trouvez-vous cela normal ?
- Adopter un programme volontariste pour qu'en 2030 ou en 2040, nous disposions d'un bouquet varié d'énergies.
- Conformément à ces objectifs, arrêter de privilégier EDF, AREVA et Total. Trouvez-vous normal que POWEO qui fournit à ses clients de l'électricité 'verte' se retrouve avec une perte de 130 M€ en 2010 et que le gouvernement vienne de décider d'augmenter encore le prix de vente de l'électricité EDF aux autres distributeurs ?

Ne soyez pas naïfs et ne prenez pas les opposants au gaz de schiste pour des personnes à courte vue qui s'opposent sans réfléchir. C'est justement parce qu'il y a absence de politique énergétique en France, que ce secteur est aux mains de quelques grosses sociétés sans beaucoup d'états d'âme, et donc qu'il n'y a justement aucune vision à moyen et long terme, que nous nous arcboutons sur quelques principes inaltérables mais néanmoins bafoués en permanence.

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage